• Le passeur de Saint lunaire - 2/2

    Le passeur de Saint Lunaire

    Le passeur de Saint Lunaire ... !!!

    D'après Anatole Le Braz...

    Le passeur de Saint Lunaire ... !!!

    Finalement, alors que ma grand-mère commençait à se tordre les mains tout en récitant son chapelet,

    Le passeur de Saint Lunaire ... !!!

    mon grand-père a poussé la porte. Il a laissé sa femme lui ôter ses vêtements trempés, le frictionner d'une serviette puis lui servir un bol de soupe. Il n'a quasiment pas dit un mot. A travers ses cheveux collés par la pluie et le sel, ses yeux étaient étranges, comme s'ils fixaient quelque image invisible aux autres, au milieu des flammes de la cheminée.

    Le passeur de Saint Lunaire ... !!!

    Quand ma grand-mère lui a demandé ce qu'il s'était passé, il a d'abord grommelé quelques mots inaudibles. Mais elle a insisté, alors il lui a répondu que c'était des marins qui venaient de débarquer à Saint-Malo, et qui rentraient chez eux en permission, dans le pays de Saint Lunaire.

    Le passeur de Saint Lunaire ... !!!

    Devant son air étrange, ma grand-mère n'a pas insisté, et ils sont tous allé se coucher.

    Le lendemain, mon grand-père était malade. Gravement. La pneumonie qu'il avait attrapé cette nuit là a bien failli l'emporter. Pendant des jours et des jours, il est resté alité, délirant, dans sa chambre où on ne laissait pas son fils, mon père, entrer. Ma grand-mère passait à son chevet tout le temps où elle ne le remplaçait pas, à passer les voyageurs. Finalement, il a guéri, et a pu reprendre son travail.

    Mais ce n'était plus le même homme. Alors qu'il avait été un père idéal, aimant, jouant autant qu'il le pouvait avec son fils, lui faisant découvrir la rivière et la mer, il devint sombre, renfermé, comme cachant une douleur inguérissable en s'isolant dans son silence. Et la vie est passée.

    Quinze ans plus tard, mon père a été appelé au chevet de mon grand-père.

    Il a quitté Saint-Malo où il terminait sa formation de marin,

    Le passeur de Saint Lunaire ... !!!

    est rentré aussi vite qu'il l'a pu chez ses parents. Son père était alité, mourant.

    Quand il s'est retrouvé seul avec lui, mon grand-père a dit à son fils qu'il voulait, pendant qu'il en était encore temps, lui raconter ce qui s'était passé le trois novembre, quinze années plus tôt. Il voulait le lui raconter, pour qu'il comprenne, et pour qu'il l'excuse de ne pas avoir été le père qu'il aurait aimé être. Celui qu'il était avant cette soirée d'il y a quinze ans, et qui avait disparu ce soir-là. "

    - " Quand je suis descendu ce trois novembre pour passer ceux qui m'avaient appelés, je ne sais si tu t'en souviens, mais le temps était terrible. Il pleuvait comme si les vannes du ciel s'étaient ouvertes en grand, et le vent soufflait en hurlant depuis le nord.

    Le passeur de Saint Lunaire ... !!!

    Quand je suis arrivé sur la berge, je distinguais à peine l'autre rive. J'ai traversé la Rance, péniblement, luttant contre le courant qui voulait m'entraîner vers le large. Quand j'ai enfin touché l'autre berge, j'ai distingué plus de trente hommes, groupés derrière Yannick Corbin. Un gars de Saint-Lunaire. Je savais qu'il était premier maître sur le "Fou de Bassan ",

    Le passeur de Saint Lunaire ... !!!

    un bateau de pêche en haute mer. J'ai accosté, et je lui ai demandé ce que lui et ses hommes faisaient à cette heure, et par un temps pareil. Il m'a répondu qu'ils venaient d'arriver à Saint-Malo, que la permission était courte, et qu'ils avaient tous hâte de retrouver leurs familles. J'ai répondu que c'était bien compréhensible, mais que je ne pouvais embarquer plus de douze passagers, et qu'il faudrait donc à certains patienter encore avant de pouvoir le faire. Il m'a dit qu'il n'en était pas question, et ils se sont tous mis à avancer, en direction de mon bateau. J'ai tenté de les arrêter, de leur dire qu'ils allaient nous faire chavirer. Yannick Corbin s'est arrêté en face de moi, et pendant que ses hommes commençaient à embarquer devant et derrière moi,

    Le passeur de Saint Lunaire ... !!!

    il m'a dit "Ne t'inquiète pas. Tout le monde va trouver sa place et ton bateau nous mènera sur l'autre rive ". Les hommes et femmes embarquaient toujours, et j'ai tenté de les empêcher. Mais je me suis rendu compte que je ne pouvais rien contre eux. Quand je tentais de les saisir, ils m'échappaient comme une fumée.

    Le passeur de Saint Lunaire ... !!!

    J'ai senti la terreur me glacer le dos, et j'ai entendu Yannick Corbin, derrière moi, me donner l'ordre - sur le ton le plus impérieux - de traverser la rivière. Claquant des dents autant de froid que de peur, je lui ai obéi.

    Je ne sais pas combien de temps a duré la traversée, mais j'ai souvent vécu des journées entières qui m'ont parues moins longues. J'ai enfin fini par toucher la rive, et les hommes sont descendus, s'évanouissant au fur et à mesure comme des ombres sur le sentier obscur. Le dernier à descendre a été Yannick Corbin.

    Le passeur de Saint Lunaire ... !!!

    Il a sauté à terre souplement, sans bruit. Puis il s'est retourné. Il m'a souri, m'a dit "Merci. Au nom de l'équipage du "Fou de Bassan ", merci de t'être déplacé pour nous cette nuit. Sans toi, nous n'aurions pas pu passer " Puis il s'est détourné et a lui aussi disparu dans la nuit noire.

    J'ai pris pas loin d'une demi-heure avant d'être capable à mon tour de débarquer. Quand je suis arrivé, je n'ai pas osé dire à ma femme - à ta mère - le nom du bateau dont je venais de passer l'équipage.

    Le lendemain matin, alors que la fièvre m'avait déjà retenu dans ses filets, ta mère est allée au village, chercher un médecin. Quand elle est revenue, elle m'a dit qu'il ne tarderait pas. Et elle a ajouté que c'était un bien triste jour pour le village, car elle venait d'apprendre que le "Fou de Bassan " avait fait naufrage la nuit précédente, se brisant sur les rochers à quelques encablures de l'entrée du port de Saint-Malo, et que tout son équipage sans exception s'était noyé.

    Le passeur de Saint Lunaire ... !!!

    Du mousse au premier Maître Yannick Corbin, les trente-deux hommes de Saint Lunaire qui servaient sur ce navire avaient tous péris.

    C'est quand j'ai entendu cela que la fièvre m'a emporté. Et quand elle a fini par me ramener, je n'étais plus le même homme... "

    - " Quand mon grand-père a eu fini son récit, mon père est resté silencieux à son côté. Puis il lui a pris la main, et l'a gardé dans la sienne, toute la nuit. Au petit matin, mon grand-père est mort. C'était un trois novembre. "

    Après un moment, je lui ai dit que c'était une histoire belle et terrible qui était arrivée à son grand-père. Mais que je ne comprenais toujours pas sa phrase initiale, sur le lien entre le naufrage et la mort de son père. Il m'a regardé avec un air fatigué, et m'a dit ceci.

    - " Je pense que c'est toute la bière que tu as ingurgitée qui t'empêche de te rappeler ce que j'ai dit. Je t'ai parlé d'anniversaires. Mon grand-père a connu cette terrible expérience un trois novembre. Et il est mort le trois novembre aussi, quinze ans plus tard, après avoir tout raconté à mon père. Mon père est mort, lui aussi. Il y a vingt ans. Quand il a senti la fin approcher, il m'a à son tour raconté l'histoire. Et le lendemain matin, il est mort. C'était le trois novembre.

    Voilà la date à laquelle je bois, ce soir. A ces trois novembre qui ont marqué ma famille. Et je les fête comme on fête un dieu jaloux et vengeur. Ce soir, on est le deux novembre. Je suis vieux, j'ai peur, et je bois. Boiras-tu avec moi ?

    Le passeur de Saint Lunaire ... !!!
    " Je suis resté toute la nuit avec lui. A boire et à parler. Ce trois novembre là n'était pas le sien. On s'est séparés au petit matin, et on ne s'est jamais revu. Mais ..... !!!!! "

    Ce n'est qu'un récit rapporté par Anatole LE BRAS, le suspens demeure !

    Il faudrait que la ZAZA puisse inventer la suite, ce qui est dans le domaine du possible !

    « Blagounettes du mardi ... !!!Blagounettes du mercredi ... !!! »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    36
    Mercredi 20 Mai 2015 à 19:11

    une date qui marque dans cette famille et elle est à craindre

    35
    Mercredi 20 Mai 2015 à 01:30

    Hiiiiiiiiii et alors  ? tu t'y met quand ?..Super suspens..Bon mercredi chère voisine

    34
    Mardi 19 Mai 2015 à 21:49

    J'ai lu et possède le livre 'Anatole Le Braz "légende de la mort"

    Merci de m'avoir remis ce récit en mémoire

    Bisous Zaza

    33
    Mardi 19 Mai 2015 à 21:21
    Roguidine

    Bonsoir Zaza,

    beau récit, à toi donc de continuer,

    mais attends le trois novembre, tu auras l'inspiration !!!!

    Bonne soirée, bises

    32
    Mardi 19 Mai 2015 à 20:28

    Pourquoi pas Zaza, donne-nous une suite !

    Gros bisous.

    Josiane

     

    31
    Mardi 19 Mai 2015 à 20:23

    Ton histoire m'a donnée des frissons. Elle est belle,triste et les esprits des marins sont rentrés chez eux..

    Bisous

    30
    Mardi 19 Mai 2015 à 20:08

    Compte tenu de ton talent de conteuse, une suite à cette étrange histoire serait la bienvenue... alors ma Zaza à tes stylos.. hihihihi  Bisous

    29
    Mardi 19 Mai 2015 à 19:06

    En guise d'apéro je me suis plongée dans ton histoire et je ne doute pas que Zaza lui trouve une suite.... Et encore merci pour les photos qui illustrent ton récit !

    Bonne soirée à toi - bisous

    Monelle

    28
    Mardi 19 Mai 2015 à 18:53
    Féelaure

    Impressionnant !

    Douce soirée Zaza & bisous

    27
    Mardi 19 Mai 2015 à 18:45

    Pas le temps de lire mais les images sont superbes

    26
    Mardi 19 Mai 2015 à 18:04
    francinea

    Bonjour, je pense bien qu'une nuit de forte tempête, tu nous écriras la suite! je te souhaite une bonne journée bisous Francine

    25
    Mardi 19 Mai 2015 à 17:53

    Bisous d'un mardi de grisaille ma chère Zaza et salut à tout ton petit monde de Bretagne et d'ailleurs...

    Eh oui, après la Toussaint et le lendemain la Fête des Morts... c'est le trois novembre et pour le grand-père et le père du compagnon de bar, ce fut le jour du passage vers l'autre rive... Quant aux marins du Fou de Bassan, grâce à son grand-père leurs âmes avaient pu rejoindre le village et leurs familles...

    Quant à la suite... il va rester pas mal de trois novembre pour une fin peut-être plus heureuse...

    24
    Mardi 19 Mai 2015 à 16:59

    Zaza la suite ... bonne fin de journée en ce mardi et merci ! bisous !

    23
    Mardi 19 Mai 2015 à 16:06
    rené jeanine

    bonjour chere Zaza, une bien belle et étange histoire, peut etre nous conteras tu un jour la suite ? bonne soiree bises

    22
    Mardi 19 Mai 2015 à 15:36

    Hello ma Zaza

    En un clic me voilà chez toi, c'est merveilleux internet quand même, car à plus de 10.000 kms on peut voyager virtuellement en quelques instants.

    Merci de ton gentil passage chez moi.

    Superbe récit, triste mais passionnant et j'ai hâte de voir la suite à la belle sauce Zaza et glaciales les images si bien trouvées avec ce beau récit qui nous tient en haleine.

    Merci pour le lien pour le volcan ma Zaza.

    Oui le volcan la pété le 17 mai 2015, j'habite assez loin du volcan et ce n'est pas un volcan explosif, pas de risque à priori pour la population, car si la lave sortait de l'enclos elle irait vers la mer normalement, donc le volcan en éruption formerait à nouveau de belles roches volcaniques près de la mer, j'ai vu l'éruption du volcan fin 1998 de très près, spectacle inoubliable et époustouflant de beauté, mais là je préfère regarder à la télé.

     

    Je te souhaite une douce soirée et te fais de gros bisous d'amitié de mon île intense.

    Eruption Piton de la Fournaise mai 2015 - © L. Ghighi

    21
    Mardi 19 Mai 2015 à 15:26
    renee

    brrrrrrrrr ça fait froid dans le dos! Mais j'ai aimé alors suite ou pas suite Zaza??? Bisesssss

    20
    Mardi 19 Mai 2015 à 15:10

    c'est beau mais bien triste Zaza,je te souhaite un très bon Mardi moins chaud chez nous que hier,bises

    19
    Mardi 19 Mai 2015 à 14:23
    Salut
    Terrible epreuvequ'il a subi
    Une belle mais triste histoire
    Bonne journee
    18
    Mardi 19 Mai 2015 à 13:35

    Bonjour Zaza !

    Une histoire bien étrange comme

    bien des histoires bretonnes !

     

    Bonne journée !

    Rotpier

                     http://rotpier.over-blog.com

     

     

    17
    Mardi 19 Mai 2015 à 13:21

    Extra ! quel beau récit .. captivant au possible

    Merci Merci

    16
    Mardi 19 Mai 2015 à 12:19

    Alors, le charme a été brisé cette fois-ci? Plus de morts le 3 novembre. Une histoire étrange ...

    bISES

    15
    Mardi 19 Mai 2015 à 11:48

    Je souhaite que la malédiction s'arrête et qu'aucun trois novembre ne soit plus attendu avec tant d'appréhension...

    Magnifique histoire !

    Bisous et douce journée ma Zaza.

    14
    Mardi 19 Mai 2015 à 11:33

    ...quelle date! moi, c'est le 5 novembre ma date...de naissance!

    Bisous du jour de Mireille du sablon

    13
    Mardi 19 Mai 2015 à 11:29

    Mais !..... le suspens est toujours là après cette fabuleuse histoire. Brrr les images, toujours aussi bien trouvées, bravo !

    Gros bisous ma Zaza

    Annick

    12
    Mardi 19 Mai 2015 à 11:27

    J'adore tes histoires! Celle-ci est étrange...... mais...... qui sait?......

    Gros bisous Zaza!

    11
    Mardi 19 Mai 2015 à 11:22
    M'mamzelle Jeanne

    Très émouvante histoire.. que j'ai lu avec émotions !
    merci Zaza et belle journée un peu trop frisquette... 

    10
    Mardi 19 Mai 2015 à 11:19
    loulou le filou

    Et depuis cette nuit là Noël fut en décembre ! cool

    9
    Mardi 19 Mai 2015 à 10:05

    une bien belle histoire l'Ankou je la sentais venir, mais je ne savais pas par où, ouf ! je suis né un mois plus tard jour pour jour . @ +

    8
    Mardi 19 Mai 2015 à 09:39

    encore matinée très prise, monsieur c'est fait mal à la jambe, grrr toujours une m.....attention les pompiers, douce journée à toi

    7
    Mardi 19 Mai 2015 à 09:32
    Claudine/canelle

    Oupsss...que de suspens !

    Bonne journée Zaza 

    Bises 

     

    6
    Mardi 19 Mai 2015 à 08:56

    Mercî pour ce récit émouvant 

    5
    Mardi 19 Mai 2015 à 08:51

    passionnant récit

    belle journée,,Zaza

    bisous

    4
    Dhelicat
    Mardi 19 Mai 2015 à 08:32

    Avec mon ciel iPad le com s'est bloqué avant que je ne te souhaite une belle journée, avec encore à cette heure un peu de soleil je pars pour animer mon atelier d'anglais... Bises from Paris with Love 

    3
    Dhelicat
    Mardi 19 Mai 2015 à 08:29

    Oui glaçante cette histoire, mais... 

    2
    Mardi 19 Mai 2015 à 08:03

    Elle est glaçante cette histoire Zaza, j'en frissonne... Et ce matin la pluie ici est revenue ... Je te souhaite une très bonne journée malgré tout

    Gros bisous

    1
    Mardi 19 Mai 2015 à 07:48

    Quelle date fatidique et suspens !! bonne journée Zaza Gros bisous Rozy

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :