•  Encore des bretons qui se fâchent !

    Nous l’avons échappé belle !

    En rentrant le 15 juillet 2015 de mon fief pour rejoindre notre domicile en Ille et Vilaine, la RN12 a été coupée par des manifestants, et l'est toujours en ce mercredi 16. 

    Les salariés et éleveurs de Tilly-Sabco bloquent la RN12, dans les deux sens, depuis ce mardi après-midi, au niveau de Plouégat-Moysan (29).

    Ils entendent alerter sur la situation de leur abattoir qui risque d'être à l'arrêt complet dans moins d'un mois faute d'approvisionnement et souhaitent attirer l'attention  pour que s'ouvrent des négociations sur l'avenir de la filière.

    Pourquoi ces manifestations

    Pas de travail cette semaine, un jour et demi de production fin juillet, plus rien à partir d'août... L'avenir s'assombrit encore plus chez Tilly-Sabco,

    Nous l’avons échappé belle !

    où un appel à la mobilisation est lancé pour demain. Dans une atmosphère tendue.

    « C'est un appel à une mobilisation élargie de la part des éleveurs et des salariés de Tilly-Sabco », lance Corinne Nicole, déléguée CGT. « Il faut qu'il y ait du monde pour soutenir la filière avicole. Il y a urgence ! ». Le cri d'alarme avait déjà retenti jeudi à Saint-Brieuc puis Guingamp (22). Pendant que le cortège défilait, le préfet de région Patrick Strzoda avait reçu en urgence une délégation d'éleveurs puis de syndicats.
          Besoin de 800.000 € par mois
    Danielle Menguy, secrétaire CGT au comité d'entreprise, explique : « Lors de la réunion, le préfet a expliqué que pour continuer d'abattre 450.000 poulets par semaine, ce qui représente deux jours de travail d'abattage hebdomadaire, l'entreprise avait besoin de 800.000 € par mois. Mais que pour l'État cette situation n'est plus tenable ». Nutrea, filiale de la coopérative Triskalia, unique fournisseur de poulets de l'entreprise, a récemment annoncé que sans une garantie de paiement, elle ne fournira plus de volailles à l'abattoir Tilly-Sabco, situé à Guerlesquin.

    Nous l’avons échappé belle !

    La pression est encore montée d'un cran aussi bien sur les éleveurs que sur les salariés. Cette semaine, l'abattoir ne tournera pas. Les deux semaines suivantes, un jour et 1/2 de travail est programmé et aucune activité n'est prévue à partir d'août. Et du côté des éleveurs, c'est l'attente. Les poulaillers sont vides.

    « Ce ne sera pas un défilé de drapeaux... »

    L'appel est lancé pour une mobilisation massive demain. « On se donne rendez-vous sur le parking de l'abattoir.

    Nous l’avons échappé belle !

    Après, nous irons vers une destination que je ne connais pas. Mais ce ne sera pas un défilé de drapeaux... », Prévient Corinne Nicole. Si l'appel à la mobilisation est unanime, les revendications varient. Certains espèrent de nouvelles aides publiques pour palier l'urgence, alors que l'État, la Région Bretagne et la CCI de Morlaix ont déjà soutenu l'entreprise à hauteur de 3,5 M€ lors de sa mise en fiducie de gestion. D'autres, sans vraiment y croire, parient sur un nouvel investisseur et sur la conquête de nouveaux marchés.

    Réunion en préfecture mercredi 16 juillet 2014

    Mais pour tous, l'avenir s'annonce bien sombre. « Le couperet se rapproche de plus en plus de nos têtes », commente Corinne Nicole. Lors d'une réunion le 4 juin dernier, l'État avait évoqué des contacts avec des potentiels investisseurs. Seulement, pour les 335 salariés de l'entreprise et les éleveurs de la filière, le point de non-retour semble s'approcher. Demain, ils témoigneront de leur détermination dans une atmosphère qui s'annonce tendue, avant une réunion prévue à Rennes, à la préfecture, mercredi. Car, si le mot n'est pas lâché, il semble que sans autre solution, le dépôt de bilan tombera avant la fin de l'été. Et, pas sûr, que cette fois-ci, l'État ait encore les moyens de permettre de prolonger la survie. »

    Tilly-Sabco.

    16 juillet 2014, la RN12 toujours bloquée

    19H35. Fin du blocus annoncée pour minuit.
    Les salariés se sont engagés à lever leur blocus ce mercredi à minuit.  

    16H45. Fin de la réunion : les syndicats déçus mais entendus
    Corinne Nicol, élue CGT de Tilly-Sabco a fait savoir que les syndicats sont déçus de la réunion mais qu'ils ont été entendus. Le problème n'est toujours pas réglé, et une nouvelle réunion est prévue la semaine prochaine à Rennes, en présence de différents professionnels de la filière (Nutrea, Triskalia, Sofiproteol, notamment). Selon les salariés, le préfet a réussi à réunir tous les acteurs, ce qui est "une bonne chose". Pour le préfet, Patrick Strzoda, la filière a de l'avenir et il faut la soutenir, mais il n'y aura pas d'aides supplémentaires accordées. Il a évoqué deux pistes : la constitution d'un opérateur rassemblé (Doux + Tilly-Sabco) ou un repreneur. Il a également confirmé la tenue d'une réunion la semaine prochaine avec tous les acteurs de la filière, dont ceux de Tilly-Sabco. Pour lui, un nouveau modèle doit être trouvé.

    Concernant la suite du blocage, les syndicats ont indiqué qu'un appel au calme était lancé et qu'ils encourageaient les manifestants à arrêter le blocage de la RN12.


    15H33. La réaction de Pierrick Massiot

    Nous l’avons échappé belle !

    Le président du Conseil Régional de Bretagne s'est exprimé sur la situation de s'est exprimé sur la situation de Tilly-Sabco. 

    " Dans cette période d’incertitudes sur l’avenir de plusieurs entreprises agroalimentaires, je tiens à réaffirmer l’ambition agricole et agroalimentaire sans faille du Conseil régional. Nous avons toujours été au rendez-vous en accompagnant les initiatives qui permettent de créer ou de préserver l’emploi, ou même en les suscitant. Aujourd’hui, l'e,treprise Tilly-Sabco est de nouveau eb difficulté. Pour autant, la demande en viande de volaille existe, la diversification vers des produits élaborés est en bonne voie. Nous avons donc, comme dans d’autres filières, besoin de solidarité, de cohérence et, surtout, d’un plan d’avenir.

    "L'agroalimentaire restera un pilier de notre économie régionale"

    L’heure n’est pas à la démagogie mais à la mobilisation de tous, car personne ne remet en cause la fiabilité de nos productions, grâce à la traçabilité et à la qualité de nos procédures. Soyons conscients des difficultés pour trouver ensemble des solutions. Actuellement en déplacement au Japon, je mesure la richesse de nos atouts et j’ai confiance dans nos capacités de rebond. L’agroalimentaire est et restera un pilier de notre économie régionale. La mobilisation du Conseil régional est totale dans l'intérêt des salariés, des éleveurs et pour rassembler tous celles et ceux qui, comme moi, croient fermement en l'avenir de l'agroalimentaire breton ".

    13H05. La réaction de la Coordination rurale

    Le poulet export le bec dans l'eau !

     « Avec la fin des restitutions, prévue depuis 10 ans, le groupe Tilly-Sabco s'effondre, associant dans sa chute prévisible les éleveurs, les accouveurs, les groupements de producteurs, les fabricants d'aliments et aussi les salariés de l'usine d’abattage.

    Comme dans d'autres secteurs de la viande, la Coordination Rurale demande depuis plusieurs années la restructuration des outils d’abattage et la réorientation de nos débouchés vers le marché intérieur français ou européen. Dans le même temps, le mot d'ordre donné aux agriculteurs est resté figé : Gagnez en compétitivité pour exporter !

    Un combat commercial mondial déséquilibré !

    Le dépôt de bilan du Groupe Doux et la quasi fin d'activité du groupe Tilly Sabco mettent en exergue la fragilité de toute une filière pourtant stratégique pour l’économie et l’emploi breton. La viande de volaille est la seule viande dont la consommation progresse encore régulièrement en France et dans le monde. Pourtant, 45% de la volaille consommée en France vient de l'importation et ce chiffre s'élève à 87% pour la restauration collective. Ces données étaient présentées lors du dernier comité volailles de FranceAgriMer pendant que se préparaient dans les cuisines du restaurant administratif de cet établissement public du poulet polonais, de l'entrecôte belge et des légumes espagnols...

    L’État doit montrer l'exemple pour rester crédible auprès des filières agricoles ! La situation de l'élevage avicole est très inquiétante en Bretagne. L'âge moyen des aviculteurs est de plus de 47 ans et le tiers des éleveurs a plus de 55 ans.

    L'âge moyen du parc des bâtiments en Bretagne est de 28 ans. Dans ces conditions, face aux grands opérateurs de la volaille mondiale, on ne peut pas lutter ! Il faut que les abatteurs cessent leur obstination à laisser croire aux pouvoir publics que les marchés du Moyen-Orient constituent un eldorado commercial. Cette logique est un gaspillage de l'argent de l’État.

    Donnons-nous les moyens d'un avenir durable. Si l'on veut maintenir durablement l'aviculture en Bretagne (qui est la première région avicole en France), il faut urgemment :

    • Faire du revenu des éleveurs une priorité afin de permettre aux éleveurs d'investir et aux jeunes de s’installer dans un métier d'avenir.
    • Revoir la législation des contrats d’élevage en reconsidérant l'éleveur comme un véritable partenaire plutôt que, comme aujourd'hui, un apporteur de matières premières à bas prix.  Réorienter nos marchés vers la reconquête du marché intérieur français et du marché européen porteurs d'une meilleure valeur ajoutée.
    • Reconsidérer les normes environnementales, pour l’azote et le phosphore notamment, en fonction d’une approche non pas théorique mais de bon sens »

    06h30. Le blocus se poursuit.

    Alors que la nuit s'est passée sans incident,

    Nous l’avons échappé belle !

    Nous l’avons échappé belle !

    Nous l’avons échappé belle !

    les salariés et éleveurs de Tilly-Sabco bloquent toujours la RN12,

    Nous l’avons échappé belle !

    dans les deux sens, depuis ce mardi après-midi, au niveau de Plouégat-Moysan (29). Ils entendent alerter sur la situation de leur abattoir qui risque d'être à l'arrêt complet dans moins d'un mois faute d'approvisionnement et souhaitent attirer l'attention  pour que s'ouvrent des négociations sur l'avenir de la filière. Les manifestants maintiendront leur blocus jusqu'à ce mercredi et la réunion cruciale qui doit se tenir à Rennes à partir de 14 h 30.

    Mardi 15 juillet 22H55.

    Encore 200 manifestants étaient sur place, ce mardi soir, sur la RN12, à Plouégat-Moysan, où la circulation est bloquée. Les manifestants ont allumé un feu de pneus sur le terre-plein central.

    Nous l’avons échappé belle !

    Nous l’avons échappé belle !

    Nous l’avons échappé belle !

     "On durcira nos actions..."

    La délégation reçue en sous-préfecture de Morlaix a affirmé, ce mardi soir, à la sortie de la rencontre que si les salariés et éleveurs de Tilly-Sabco n'obtenaient pas des avancées à la réunion de Rennes, demain mercredi, ils « durciraient leurs actions ».

    Déterminés à continuer le blocus

    A la sortie de la réunion en sous-préfecture de Morlaix, la délégation a rejoint les autres manifestants à Plouégat-Moysan, sur la RN12, où les camions Tilly-Sabco empêchent toute circulation.

    Nous l’avons échappé belle !

    Nous l’avons échappé belle !

    Nous l’avons échappé belle !

    Nous l’avons échappé belle !

    Salariés et éleveurs sont déterminés à maintenir le blocus jusqu'à demain mercredi, alors qu'une réunion doit réunir les syndicats de Tilly-Sabco en préfecture de région à Rennes, à 14 h 30.

    Des gros bouchons sur les routes de déviations de la RN12

    Du côté de Guingamp

    Nous l’avons échappé belle !

    Déviations obligatoires

    Sens Brest - Saint-Brieuc

    A partir de Morlaix : Emprunter la D786 vers Lannion, puis la D767 vers Guingamp, puis retour sur la N12.

    Sens Saint-Brieuc - Brest

    A partir de Guingamp : emprunter la D787 vers Callac, puis Carhaix, puis suivre la D764 vers Huelgoat et la D785 vers Morlaix et retour sur la N12 à l’échangeur de Sainte-Sève.

    Fin de la réunion en sous-préfecture de Morlaix

    Une délégation d'une dizaine de personnes, réunissant représentants des salariés, éleveurs et élus locaux, a été reçue à la sous-préfecture de Morlaix et obtenu qu'une représentante du ministère de l'Agriculture participe à la réunion de mercredi à Rennes.

    Pas de déblocage de la RN12 en vue !

    Les manifestants, déterminés, entendent rester sur place et bloquer toute circulation sur la RN12 jusqu'à ce que soit connue l'issue de la réunion qui doit réunir les syndicats de Tilly-Sabco ce mercredi après-midi, en préfecture de région à Rennes.

    Début de la réunion à 14 h 30.

    Une délégation de 12 manifestants reçue à 19 h, en sous-préfecture de Morlaix. Parmi eux : des salariés, des éleveurs, des élus.

    17H27. Des élus sur place dont Christian Troadec.

    Nous l’avons échappé belle !

    17H14. Deux déviations mises en place des itinéraires bis pour contourner la RN12.

    16H16. Près de 500 manifestants font désormais bloc sur le pont.

    Nous l’avons échappé belle !

    Sur la RN12 et sur les routes secondaires proches de la voie express, ballet de voitures faisant demi-tour...

    15H33. Des camions bloquent les voies.

    Nous l’avons échappé belle !

    Nous l’avons échappé belle !

    La circulation est totalement à l'arrêt dans les deux sens de circulation. Dans le sens Rennes-Brest, 50 véhicules sont bloqués derrière la manifestation.

    Nous l’avons échappé belle !

    Source : Le Télégramme.


    30 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique